Les amours d'enfance

De ma classe, tu étais la plus belle des filles

Tu sentais bon la fraise et parfois la vanille

Je rêvais sur le coin de mon pupitre d'écolier

A nos petits bisous tendrement échangés

 

Sur le banc de bois vert, à l'heure de la récré

Nous avions dessiné un grand cœur à la craie

Pour montrer que notre amour était éternel

Immense autant que l'étendue bleue du ciel

 

A partir du moment où j'ai su lire et conjuguer

C'est avec toi Sarah que j'ai voulu me marier

Le verbe Aimer n'avait pour moi plus de secret

A tous les temps de l'indicatif je le déclinais

 

Quand la maîtresse avait le dos tourné

Sur des petits bouts de papiers froissés

Nous nous écrivions des mots doux et joyeux

Et le meilleur, c'est qu'elle n'y voyait que du feu !

 

Réglisses, caramels et bonbons acidulés

Étaient notre argent de poche à partager

Nous voir l'un sans l'autre cela n'existait pas

Mais que sommes-nous devenus ma Sarah ?

 

Vim « Les amours d'enfance »

Fe783987Photo du site cathou24.centerblog.net