Représailles

Vêtu de son costume noir frémissant
C'est un soir comme tous les soirs grinçants
Les lampadaires, de leur jaune strident
Accaparent les ruelles d'un air pesant

 

Deux chats téméraires font la course poursuite
Une fenêtre ouverte, une mélodie en fuite
Au loin, une dame au grand chapeau disparait
Dans une voiture bleue distinguée

 

C'est un soir comme tous les soirs oppressants
D'odeurs entrelacées de cuisine et de pots d'échappement
Une brume se lève au fond de la rue
Des cris, des coups, des silhouettes inconnues

 

Soudainement, le tumulte s'arrête
J'entends crépiter les mitraillettes
Une lignée de corps s'écroule à terre
Ils viennent d'être fusillés.

 

Vim "Représailles"

Représailles

×