Derrière la fenêtre

          C'est une nuit sans étoile, sans lune et sans nuage. Pas un bruit dans la rue, l'atmosphère est pesante. L'heure du souper est annoncée, la famille se réunit autour de la table ronde. Le salon n'est pas très grand, les murs sont blancs. Le carrelage est ancien, les chaises le meurtrissent et le font gémir.


           Ils sont assis, le silence règne en maître de maison. Les adultes s'épient, les sentiments ont déserté la pièce. Quelques regards suspects sont lancés les uns sur les autres, des coupables muets sont désignés des yeux.
Les couverts s'entremêlent et claquent les assiettes : les cuillères raclent, les fourchettes griffent, les couteaux rayent. Les tympans subissent une grinçante cacophonie.


           Des soupirs se font entendre, un homme tousse et quitte le repas. Trois enfants sont à la table, ils n'osent pas relever la tête de leur assiette, pas le moindre sourire en vue.
           Tout à coup, une des femmes envoie valser couverts et assiette. Elle crie et s’effondre en sanglots.
           Que s'est-il passé au sein de cette maisonnée ?


           Allez savoir... je ne suis pas entrée à l'intérieur pour être en mesure de vous le dire. Je ne fus que le témoin nocturne des bruits et des ombres, que les voilages blancs m'autorisèrent à percevoir de l'extérieur.

 

   Vim  "Derrière la fenêtre"

Derrière la fenêtre

×