L'égaré du Sahara

Sur les dunes ardentes du Sahara

Toi le touriste perdu depuis des mois

D'un pas pesant

Tu avances languissant

 

Sous tes yeux meurtris

Par le bourreau furieux

Désespérément ton regard crie

Tu deviens anxieux

 

 Chaque jour tu te courbes, t'abaisses

Un peu plus, tu t'affaisses

Regrettant le jour de ta naissance

A une autre vie tu penses

 

Hurlant dans l'étendue jaune tu t'exclames :

"La vie est cruelle, odieusement infâme !"

Pauvre misérable, personne ne t'entend 

A jamais tu resteras dans le tourment 

 

Seul, affaibli

Tu rêves à la douceur du miel d'abeille

Mais ta sueur chauffée par le soleil

Fait fondre ta peau rougie

 

Ton souffle se ralentit

Ton corps s'avachit

Peu à peu tu rampes, sombres

Cours à la pénombre

 

L'ensablé ténébreux te rattrape bientôt

Dans ta faiblesse il te dévore de ses crocs

A moitié désséché tu ne sais que faire

Tout simplement t'écrouler à terre

 

De tes yeux, horribles cratères crevassés

Surgissent les rapaces pour te picorer

De tes mains squelettiques affreusement crispées

Tu résistes à leurs attaques par milliers

 

Serrant les poings

Tu persistes pour garder la vie

Pauvre malheureux, celle-ci est encore loin

Peu à peu tu te relâches, soumis à l'agonie

 

Dans cet univers pernicieux

Toi l'inconnu rebelle de ce milieu

Mort, tu fais de ta carcasse putréfiée

Un refuge pour la vermine affamée.

 

Vim  "L'égaré du Sahara"

Au coeur du sahara desert c668e0t650

Photo du site mabellephoto.com

×