Le cador des couettes

Ce matin, je suis vers de rage

Le coquin ne m'a pas encore laissée dormir !

Toute la nuit sans retenue, il m’a fait le tapage

Quémandant des câlins à n'en plus finir.

 

Croit-il que mes ressources naturelles soient inépuisables ?

Il m'arrive aussi d'avoir besoin de recharger les batteries

J'ai l'impression qu'il ne pense qu'à lui, c'est invivable

À ses intempestives envies de papouilles inassouvies.

 

Je suis à peine couchée, bien au chaud sous la couette

Qu’il vient se blottir, comme un affamé de peau de velours

Au creux de mon cou et se love telle une chouette

En me hululant sans fin des ronronneries d’Amour.

 

Avant je n’écrivais rien le matin, je pouvais rester à jeun

Je lui dis bien que je suis épuisée, qu’il me faut dormir

Mais à chaque heure de la nuit c’est le même refrain

Ses cajoleries extravagantes finissent par me faire pâlir.

 

Maintenant j’enchaîne les vers, je suis ivre de mots

Oui c’en est trop, ce matin je suis vers de rage

Ce coquin de chat est un terrible chat-maux

Toute la nuit sans retenue, il m’a fait le tapage !

 

Vim  « Le cador des couettes »

Lit1 600x400

Photo du site "Topito, la vie du côté top"