Mystère de femme

Telle une forêt décharnée de ses apparats de verts

L'expression de son regard a perdu l'espoir d'antan

Recroquevillée sous ses draps inondés de larmes amères

Elle s'enlise et offre son corps nu aux bras du néant

 

Je ne peux la voir être « puits de chagrin »

Elle qui a tout sacrifié au cours de son existence

Gémit et sanglote à chaque heure de la nuit sans fin

Comme un supplicié redoutant l'heure de la potence

 

L'antre de son coeur n'est plus qu'un désert où les charognards

Ont déchiqueté, rongé chaque parcelle et recoin de sa vie

Je ne peux supporter de l'entendre vomir son désespoir

Dans cette chambre où la lune n'éclaire plus ses nuits

 

Le visage livide et tuméfié par les coups de la vie

Elle gît au fond de son lit, poings fermés, jambes serrées

L'amour n'a pas su abreuver son âme blessée, meurtrie

Son pouls ralentit, ses jours de tourment sont comptés

 

Une fraîcheur létale suinte par les pores de sa peau

C'est une tombe. Elle aurait dû s'épancher

Ils étaient nombreux pour accomplir le sale boulot

Touchée coulée, la partie est terminée.

 

Vim « Mystère de femme»

4047937 image 41

Photo du site Artmajeur, 

Tourmente - Peinture, 27x19 cm ©2005 par Muriel Buthier-Chartrain - Peinture contemporaine

 

Inspiré par le regard de femmes qui me sont chères...

×