La chute

J'ai couru derrière mes pensées

Qui foutaient le camp vers l'horizon

Alors je me suis étalée dans cette allée

Sans retenue, de tout mon long

 

Un vol plané banal

M'a projetée en avant

Je me suis fait mal

J'avais les mains en sang

 

Je pleurais comme une gosse affolée

Seule, sur ce ponton délabré

Mon coeur se déchiqueta

En lambeau s'éparpilla

 

Ma chair meurtrie se mit à hurler

Mes pensées venaient de quitter le bord de mer

J'avais beau les appeler, elles s'éloignaient

Elles n'en avaient plus rien à faire.

 

Vim  "La chute"

Ponton mer3

Photo du site Cohérence & Performance

×